Devenir Fan

« Et Bardot nous a créé(e)s | Accueil | Bouvard et Pécuchet à Kertrouduc »

18 janvier 2012

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Dominique

Bon j'vais encore être rabat-joie ou vieux con réac., mais cela m'a tout l'air d'être un film banalisant et donc encourageant les divorces.

Désolé, mais autant il est bien normal de pouvoir divorcer, autant cela ne doit pas devenir la norme ou un(e) mode de vie.

Et n'oublions pas que le divorce est anti-écologique, consumériste et aggrave la crise du logement ...

Tiens j'arrive même pas à jeuxdemotsfoireuiser sur un tel sujet !

Valérie Pineau-Valencienne

justement, cela ne banalise rien.Et surtout pas la détresse des personnes. La situation est, oui, banale, au sens où il y a de plus en plus de divorces. Ce qui fait du bien: on peut ne pas s'en remettre et continuer à vivre, réapprendre à sourire, à rire, à aimer. Même si on en a pris plein la figure.

Le Nain

Bref, pour voir ce film, il faut se sentir concerné. Comme je ne le suis pas, je vais laisser échapper le substantifique moëlle.

Et comme je suis aussi un fieffé réac, je ne comprends pas non plus le divorce, sauf pour des motifs gravissimes.

Mais bon, compte tenu du nombre de divorcés, je comprends aussi que ce genre de film existe.

Valérie Pineau-Valencienne

LE NAIN: j'ai vu ce film avec un couple heureusement marié depuis 20 ans. Ils ont été aussi remués que moi. Le problème posé est: comment se reconstruire. Ce qui vaut pour un divorce comme pour tout changement de vie. D'un peu passif au départ l'homme devient actif. C'est autant un film sur l'après-chagrin d'amour (et chagrin est un mot trop faible) que sur la confiance en soi que l'on récupère, peu importe le sujet. Le héros est un type au caractère plutôt humble, il n'a pas de failles énormes. Ce qui m'a frappée: je ne pleure quasiment jamais au cinéma (d'ailleurs je pleure rarement) et là... je ne voulais pas pleurnicher à coté de mes potes heureusement mariés... sauf que monsieur a eu sa larmette au même instant que mézigue.

Valérie Pineau-Valencienne

@à vous deux : Il y a quelque chose qui m'étonne dans vos commentaires: vous êtes des hommes curieux, vous semblez intéressés par des tas de choses, j'imagine que vous lisez des livres noirs, des livres dont la problématique ne vous concerne pas vraiment (guerre, mort, violence). Pourquoi alors ce blocage à chaque fois que je parle du divorce dans une de mes notes? C'est vrai, je ne comprends pas votre rejet de ce sujet en particulier. Le divorce est-il un traumatisme tabou? Plus que le viol? Plus que la prostitution? Plus que l'agonie ou la mort?

Le Nain

Je ne bloque pas, ça ne m'intéresse pas. Le viol et la prostitution non plus, d'ailleurs, si ce n'est l'évolution historique des mentalités face à ces faits de société. Je dis simplement, sans acrimonie aucune et sans aucun reproche, que je ne comprends pas l'incommunicabilité entre les êtres qui ont librement choisi de s'unir "pour le meilleur et pour le pire", les fractures insidueuses dans le couple qui ne trouvent pas leurs solutions dans la parole, et qui amènent à ces divorces. Je ne comprends pas plus que ce phénomène soit en train de s'ériger en norme.

Je me sens plus concerné par l'IVG, car étant de la DASS, je me dis qu'une vingtaine d'années plus tard, je serais probablement passé à la trappe vite fait bien fait, ce qui me rend férocement contre.


Tout le monde n'a pas les mêmes centres d'intérêt, Dieu merci.

Valérie Pineau-Valencienne

Non, tout le monde n'a pas les mêmes centres d'intérêt. Mais je reste dubitative quant aux réactions (pas tellement les vôtres, du reste) à ce sujet. Je trouve au contraire très intéressant d'explorer le pour le meilleur et pour le pire tant les cas sont différents. Le couple envers et contre tout? je reste très pensive, ayant vu bcp de gens de l'ancienne génération (celle durant laquelle on ne divorçait pas) me confier que leur enfance avait été un cauchemar rythmé par les disputes de leurs parents. Et pour l'IVG (je fais partie des enfants qui auraient du êtres prestement avortés pour cause d'anomalie du foetus), je suis férocement pour. Mais sans gaieté. Il n'y a jamais de solution idéale : tout se paie, dans la vie. Cela, j'en suis CERTAINE : tout se paie.

isa

Concernant le divorce, tout à été dit. Certains me semblent necessaires d'autres ne sont que des solutions de facilité. Quant à l'IVG, je suis également "férocement pour" et pourtant l'enfant unique pour nous fut un choix imposé par la nature, parfois cela me heurte mais elle reste un droit fondamental pour les femmes.

Valérie Pineau-Valencienne

@Isa : même jugement que toi. (Rien que pour le rugby, tu aimeras ce film, je crois)

Dominique

Ben alors fallait l'dire qu'il y'a du rugby dans ce film !...
A moins qu'il ne s'agisse d'un rugueux bi?

Valérie Pineau-Valencienne

Placage douloureux. Essai (assez loin des poteaux). Transformation (réussie!). Ah, la vie des hommes

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)